Lelision

-Publicité-

Actualités

  • Imprimer le texte
  • Recommander cet article

Pourquoi les politiques n’aiment pas les loups et la nature ?

Le loup est régulièrement mis sous le feu des projecteurs, pour mieux légitimer les mesures qui vont le "réguler" par la suite.

Le schéma est devenu classique : des faits divers sanglants qui accusent le loup de tout les maux, et au bout de quelques attaques bien exagérées, le syndicat majoritaire (le FNSEA pour ne pas le nommer) qui ordonne au gouvernement des mesures, qu’il va s’empresser de réaliser. Une manifestation est prévue ce dimanche 24 septembre.

Pourquoi donc cette servitude vis à vis d’un syndicat et des anti-loups en général, alors même que la majorité des français sont pour le loup ? De façon plus générale, la réponse est identique pour tout les animaux et pour tout les problèmes liés à l’environnement : la nature y est toujours lésée, on va donc tuer, exterminer, "réguler", "prélever", bétonner, casser. Il y a plusieurs raisons à ce phénomène. D’abord, parce que la nature n’a plus aucun aspect sacré. Il est très loin le temps où l’on respectait une forêt, un arbre, un animal ou en paysage. Désormais, plus rien n’est sacré, nous nous donnons carte blanche pour tout raser. Ensuite, parce que nous pensons encore et toujours que nous sommes les maitres du monde, que notre espèce a le droit de tout sur toutes les autres espèces, et que notre bien être est plus primordiale que la vie de n’importe quel animal ou végétal. De façon moins générale, les politiques qui font ça pensent à court terme, et à leur carrière. Privilégier l’humanité, ça va forcément leur apporter plus de voix que de mettre en avant la nature qui n’a pas le droit de vote. De plus, il leur est très facile de s’engager à faire des mesures anti-nature, la destruction a toujours été plus rapide et facile à réaliser que des moyens de préservation. Le résultat étant immédiat, la populace est satisfaite, au détriment de l’environnement, comme d’habitude.

On pourra me rétorquer qu’à l’opposé, il y a de plus en plus de personnes en faveur de l’environnement. Certes, sauf qu’ils n’ont que rarement d’alternatives politiques. De plus, les mesures en faveur de l’environnement sont difficiles et longues à mettre en place, le résultat étant plus aléatoire, il est bien plus simple pour nos politiques qui ne vivent plus que dans le court terme de satisfaire ceux qui crient le plus fort et ceux qui seront satisfait de la moindre mesure aux effets immédiats. Un exemple récurrent étant l’autorisation d’arrêté pour abattre un loup.. Des politiques qui ne pensent plus aux biens communs de long terme mais uniquement aux voix à courte termes, des gens qui ne supportent pas la moindre entrave à leur travail, jusqu’au point de lancer des menaces ou pire encore, et voila comment on anéantit peu à peu la nature... Jusqu’à quelle limite ?

Votez :
Date de rédaction : 21 septembre 2017

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?