-Publicité-

Actualités

  • Imprimer le texte
  • Recommander cet article

Les guêpes sont fragiles, preuve par 7 (3/3)

Vous pensez que les guêpes n’ont pas de contrainte pour se développer, pas de prédateurs ? Pour vous prouver le contraire, voici l’intégralité du développement de 7 nids de guêpes saxonnes, dolichovespula saxonna, du printemps 2015 à leur fin, nids 6 et 7

Les guêpes sont fragiles, preuve par 7 (1/3)
Les guêpes sont fragiles, preuve par 7 (2/3)

Même destin pour le sixième nid, situé au fond de la remise. C’est le nid qui avait le plus évolué et engendré la plus grosse population ; des premiers mâles étaient même de sorti, mais hélas, 2 semaines après le cinquième nid, son destin fut lui aussi scellé : nid rempli de cocons et de chenilles, la population a rapidement chuté jusqu’à devenir nulle.

Nid repéré tardivement lui aussi, 29 mai, et difficile d’accès, d’où le manque de photos à ses débuts

La poire est recouverte d’une couche, 5 juin

Une troisième couche, 12 juin




Le nid grandit rapidement, 26 juin

Une belle population au 3 et 10 juillet

Lors des grosses chaleurs (17 juillet), ventilation ! On peut déjà noter une stabilisation des effectifs

Apparition des premiers sexués le 17 juillet, les mâles, que l’on peut repérer à leur taille, mais surtout à leurs antennes plus longues

Problème : il n’y a plus que des mâles, plus de traces d’ouvrières...

La semaine d’après, 24 juillet, plus de guêpes...

Mis à part ce mâle, mort, à l’entrée : les autres mâles se sont certainement envolés pour tenter de féconder des fondatrices

Pressentant le même drame que le cinquième nid, je l’ouvre immédiatement, je ne peux que confirmer le désastre, même si le nid est moins infesté que le précédent



Le nid n’avait que 2 étages, mais sa taille était élevée pour cette espèce : elle aurait pu engendrer des futures fondatrices, mais ce ne sera jamais le cas...

Le 7ème nid est celui du nichoir à frelons, donc. Débuté plus tardivement que les autres, il ne se développa pas bien vite. Une araignée bien maligne tissa rapidement sa toile juste en dessous, pour pouvoir récupérer débris et guêpes imprudentes.
Malgré un départ tardif et une stagnation, le nid continua par la suite son avancée.

Au début le 19 mai, l’avancée du nid fut tellement lente que je pensais qu’il n’était plus habité. Voulant le décrocher, 2 furies en sortirent rapidement pour calmer mes ardeurs imprudentes...

Rapidement, l’araignée maligne, 26 juin

Vu ma gaffe précédente, je laissa le nid tranquille quelques temps. Le 17 juillet, le nid a bien grandi

Une seconde entrée (31 juillet) ?! Étrange...

Le 7 août, le nid semble perforer de partout... Je crains une fois encore l’invasion de la fausse teigne



D’autant plus qu’un mâle mort se trouve à l’entrée, comme le précédent

... Mais il n’en est rien. Le nid est intact et n’est pas envahi. En fait, il a simplement avorté, certainement à cause de la fondatrice mal fécondée




Conclusion : sur 7 nids, 2 auront réussi à engendrer des mâles, aucun n’aura fait des futures fondatrices. Il est important de réaliser qu’un nombre de nids élevé ne signifie absolument pas qu’ils engendreront ni des grosses populations, ni des futures fondatrices. Ainsi, détruire systématiquement les nids rencontrés peut, à terme, menacer les effectifs de guêpes (et des frelons, bourdons), qui doivent déjà faire face à de nombreuses menaces : conditions climatiques, prédation, parasites, mauvaise fécondation, manque de ressources...
N’appelez pas les pompiers ou une société spécialisée au moment ou vous réalisez qu’un nid se trouve chez vous : déterminez d’abord l’espèce, et surtout, soyez objectifs sur l’emplacement du nid : vous gêne t-il vraiment ? Ne pouvez vous pas cohabitez durant quelques mois, sachant que dès l’hiver, il ne restera aucune guêpe ?
Pour le suivi de ces nids, aucun de m’a jamais gêné, ni pour mes activités, ni même pour le suivi en lui-même, les guêpes saxonnes étant relativement pacifiques.
Sachez donc appréciez la compagnie de ces charmants insectes qui sauront vous faire profiter d’heures d’observations, tout en limitant la prolifération d’autres insectes comme mouches et moustiques.

Les guêpes sont fragiles, preuve par 7 (1/3)
Les guêpes sont fragiles, preuve par 7 (2/3)

Plus de photos et le suivi intégral
Retrouvez toutes les photos à la rubrique "vos photos"

Votez :
Date de rédaction : 22 août 2015

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?