Lelision

-Publicité-

Actualités

  • Imprimer le texte
  • Recommander cet article

Quels sont les lobbys les plus puissants ?

Entre le lobby des chimistes, des chasseurs et des agriculteurs, quel est le plus puissant ?

La réponse tient en un mot : l’argent.

Et à ce jeu, le lobby des chimistes est de loin le plus puissant. Pourquoi ? A cause de la valeur ajoutée. Lorsque il y a une crise, les agriculteurs manifestent et détruisent leurs stocks, notamment parce que leurs manifestations sont généralement dues par les coûts de production de plus en plus élevés et des prix de vente de plus en plus bas, mondialisation oblige.
Par contre, les chimistes n’ont pas de problème de ce côté là. Le seul souci qu’ils peuvent avoir, c’est au niveau des lois. Mais quand une loi interdit une molécule, font-ils grève, détruisent-ils leurs stocks ? Bien sur que non, cela couterait trop cher. Ainsi, ils vont faire pression pour que les lois adoptées leur laisse suffisamment de temps pour écouler leurs stocks.

C’est ainsi que le lobby de la chimie est tout puissant et écrase celui des agriculteurs. Les agriculteurs, même si certaines molécules les contaminent, devront entreprendre de longues et couteuses démarches pour espérer être indemnisés, sans que cela ne soit certain. Les chimistes, eux, vont directement voir du côté des dirigeants et sauront s’arranger pour retomber sur leurs pattes.

Et le lobby des chasseurs, me direz vous ? Ce lobby reste puissant en France pour une seule raison : il n’y en a qu’un, qui réunit tout les chasseurs. Son poids électoral reste donc important, et, la aussi, les chasseurs vont directement aller voir du côté des dirigeants pour s’arranger.

Mais les choses évoluent. Nous ne pouvons pas vraiment encore parler de lobby écologique, si ce n’est à travers certaines énergies comme l’éolien largement monopolisé par Bouygues, par exemple, mais la force économique écologique est de plus en plus réelle, visible et mise en avant.
Par exemples, la maison des vautours, dans les Causses, attire 80000 visiteurs par an, certains pisciculteurs ont mis en place des observatoires pour observer le balbuzard pêcheur, activité devenue rapidement plus rentable que son activité de pisciculteur, en Islande, l’observation des baleines a rapporté en quelques décennies plus que des siècles de pêches (sources : Goupil 126).

7 millions de chasseurs dépensent 16 milliards d’euros par an en Europe, mais, peu à peu, si l’on additionne les différents secteurs basés sur l’observation de la nature, l’éco tourisme, le poids économique lié à l’environnement devient plus important.
Ne reste plus qu’à en faire un lobby suffisamment fort pour contrer ces lobbys qui n’ont que faire de l’environnement.

Votez :
Date de rédaction : 12 novembre 2017
Dernière modification : 10 juillet 2016

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?